Plusieurs hypothèses sont envisageables :

  • Les ventes s’essoufflent après être montées en flèche suite au battage médiatique et événementiel ; le jour du lancement, il se vendait 150 IPhone à la minute…
    Preuve :
    Les objectifs de vente d’un million de pièces avant la fin septembre n’ont pas été révisés après le changement de prix alors même que Steve Jobs a annoncé aux analystes que les prix pouvaient être baissés du fait de plus grosses capacités de production et de coûts en baisse.
  • Apple navigue à vue dans un environnement, le mobile, qui n’est pas le sien. Et il commet des erreurs de débutant
    Preuve :
    Apple n’a jamais baissé aussi vite et radicalement ses prix ; ainsi, les prix de l’Ipod ne se sont érodés que de 14% sur l’année, même si l’impact sur le CA reste visible : les ventes de l’Ipod ont augmenté cette année de 21% en volume mais de 5% en valeur.
  • Apple a baissé ses prix sous la pression de ATT qui ne vendrait pas assez de mobiles, donc pas assez de forfaits. Apple générerait donc de faible revenus côté opérateur… Et l’on en revient à la deuxième hypothèse…
    Apple anticipe d’éventuelle conséquence du désimlockage récent de son appareil (aujourd’hui accessible pour 60€) sur la contractualisation avec des opérateurs hors USA et sur une révision de son contrat avec ATT. La marque constate que les contrats de commercialisation ne sont pas si faciles à signer que cela avec les opérateurs (et en particulier qu’il n’a pas la main autant qu’envisagé sur eux). Et l’on en revient à la seconde hypothèse…
    Preuve : selon la presse outre-Manche, Vodafone ne serait pas le partenaire britannique pourtant longtemps évoqué.